Cloud Privé : des atouts pour les métiers

19 décembre 2017/Emilie Ravet

Soucieux de bénéficier d’applications innovantes afin d’être plus performants, les métiers optent volontiers pour le Cloud. Sans toujours en informer le responsable informatique ou la DSI… Préoccupée principalement par la sécurité, la DSI hésite parfois à migrer dans le Cloud. S’appuyer sur un Cloud privé peut permettre de réconcilier tout le monde.

Comment doper sa croissance ? Pour répondre à cette question, le cabinet Gartner a introduit une nouvelle façon de penser l’IT. Ce nouveau paradigme s’appelle l’informatique bimodale.

Les ressources informatiques doivent être organisées selon deux modèles :

  • Un modèle centré sur la stabilité. Il est traditionnel et séquentiel. Contrôler les risques et la mutation de l’entreprise sont ses deux priorités ;
  • Un modèle axé sur l’agilité. Exploratoire et non linéaire, il met l’accent sur l’agilité et la vitesse en prenant des risques tout en contrôlant les coûts grâce au Cloud et à l’automatisation.

Le Shadow IT

Dans cette nouvelle configuration, le Cloud privé peut satisfaire les métiers et favoriser les nouveaux modèles.

Engagés dans leur transformation numérique, les chefs d’entreprise ressentent de plus en plus la pression des métiers pour disposer d’outils performants. Or, le Cloud répond à cette exigence en facilitant l’implémentation d’applications métiers. Pour les différents services, cette option présente une réelle opportunité de se concentrer sur le cœur de leur activité et non pas sur l’évolution de l'IT.

Mais à vouloir aller très vite, des services n’hésitent pas à contourner le DSI ou le responsable informatique en s’abonnant eux-mêmes à des applications dans le Cloud. C’est le fameux Shadow IT. Une pratique très répandue.

Lire aussi : DSI : Voici 4 actions pour devenir le moteur de l'innovation

Selon une étude réalisée par NTT Research, 78 % des responsables métiers avouent utiliser des services Cloud sans en avertir leur DSI et 83 % d’entre eux avouent qu’ils vont intensifier encore ce type d’usages.

Cette pratique inquiète les DSI dont la préoccupation première reste la sécurité des données et des flux. Pour l’éviter, les DSI doivent anticiper et offrir des solutions viables.

Un environnement personnalisé

D’où l’intérêt de s’appuyer sur un Cloud privé (sur site ou dans un environnement hébergé dédié) pour mieux contrôler la sécurité et la confidentialité des données tout en proposant une solution qui satisfasse les collaborateurs.

Le Cloud public aurait-il donc mangé son pain blanc ?

En tous les cas, en France, 66 % des personnes interrogées (500 entrevues) à l’occasion de la dernière étude de Pure Storage (octobre 2017) déclarent même avoir réduit leur usage du Cloud public au cours des 12 derniers mois pour ces questions de sécurité.

Un catalogue de services

Une infrastructure privée peut proposer un niveau de service (souplesse, accessibilité...) et de délai qui répond aux exigences des salariés. Ce nouvel environnement peut être personnalisé afin de répondre à des besoins uniques.

Le Cloud privé présente trois atouts pour les métiers :

  • Des délais de mise en route très courts : ils peuvent passer de plusieurs mois à quelques heures. Les développeurs peuvent exploiter un ensemble d’outils, d’environnements et de conteneurs pour rationaliser leurs projets. Les étapes du cycle sont ainsi réduites.
  • Un catalogue en libre-service : il permet d’automatiser très facilement le déploiement, l’intégration et la gestion d’applications propres à chaque métier.
  • La réduction des coûts : même si l’entreprise doit gérer elle-même la maintenance de son Cloud, le recours à la virtualisation permet de réduire les coûts.

En proposant de nombreuses applications via une plateforme sécurisée, la DSI contrôle également les usages et les accès des métiers en fonction de leur profil. La mise à disposition d’une marketplace facilite aussi la maintenance et la compatibilité des applications entre elles ou avec les systèmes d’exploitation.

La gouvernance des données

Mais il ne faut pas pour autant tout mettre dans un Cloud, fut-il privé. Les applications métiers très spécialisées doivent en être exclues. La migration dans le Cloud est en effet complexe. Comme nous l’avons vu dans un précédent article, il est parfois très difficile d’optimiser, a posteriori, un logiciel reposant sur certaines architectures système.

Comme nous l’avons vu, le recours à un Cloud privé présente des avantages pour les métiers. La réussite d’un projet de structure interne repose sur une parfaite collaboration entre les métiers et la DSI afin que les exigences de chacun soient satisfaites par des compromis.

Renforcer sa reprise d'activité grâce au Cloud

Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

protection-donnees-aws

3 mesures indispensables pour protéger ses données dans AWS

La moitié des entreprises qui utilisent le service de stockage cloud Amazon Web Services (AWS) S3 ont subi au...

virtual

Six types de virtualisation

Réduction des coûts, utilisation efficace des ressources, meilleure accessibilité, minimisation des risques......

Cloud-Panne

Cloud et Panne : Ne pas sous-estimer les risques

Même s’ils répondent à des critères précis et à des certifications, TIER notamment, les data centers ne sont pas...