Six types de virtualisation

3 décembre 2018/Emilie Ravet

Réduction des coûts, utilisation efficace des ressources, meilleure accessibilité, minimisation des risques... La virtualisation présente de nombreux avantages. Elle ne doit pas être confondue avec le cloud. Mais grâce au cloud, vous bénéficiez en plus d’une flexibilité et d’une capacité de libre-service accrues.  

La virtualisation crée une dynamique qui aide les entreprises à réagir plus rapidement aux évolutions de leurs marchés. Elle permet aussi d’adopter de nouvelles technologies en limitant les risques. Le service informatique peut ainsi répondre plus rapidement aux besoins des métiers.

Il existe de nombreuses déclinaisons de la virtualisation dans le cloud. L’environnement virtuel peut être une instance unique ou une combinaison de plusieurs tels que les systèmes d’exploitation, les serveurs de réseau ou d’application, les environnements informatiques, les périphériques de stockage...

Voici une présentation non exhaustive des principales déclinaisons.

#1 Virtualisation hardware

C’est l’un des types de virtualisation les plus courants, car il est lié à la disponibilité des applications et à l’utilisation du matériel. Tous les serveurs physiques sont regroupés en un seul grand serveur physique. Ainsi, le processeur fonctionne de manière plus efficace et plus efficiente. Chaque petit serveur peut héberger une machine virtuelle, il s’agit d’un conteneur de logiciels totalement isolé et doté d’un système d’exploitation et d’applications propres.  Mais l’ensemble du cluster de serveurs est traité comme un seul dispositif par n’importe quel processus demandant le matériel.

L’accès à la machine virtuelle (ou VM) et à la machine hôte (ou au serveur) est facilité par un logiciel appelé Hyperviseur. Cette couche d’abstraction agit comme un lien entre le matériel et l’environnement virtuel et distribue les ressources matérielles telles que l’utilisation du CPU, l’allocation de mémoire entre les différents environnements virtuels.

#2 Virtualisation de logiciels

Elle comprend la capacité du système primaire à créer et à exécuter plus d’environnements virtuels. Cette déclinaison permet ainsi à un système informatique de permettre à un OS invité de s’exécuter. Par exemple, Linux pourrait fonctionner en tant qu’invité pour exécuter un système d’exploitation Windows. Il peut aussi s’agir de la virtualisation d’applications, de services ou de la mémoire. Par exemple, l’application peut s’exécuter sous une forme encapsulée sans dépendre du système d’exploitation sous-jacent.

#3 Virtualisation des postes de travail

C’est l’un des types de virtualisation les plus utilisés et les plus populaires. L’utilisateur peut accéder à son bureau à partir de n’importe quel endroit.

#4 Virtualisation du stockage

Cette technique permet de regrouper l’espace de stockage matériel de plusieurs périphériques de stockage interconnectés en un seul périphérique simulé qui est géré à partir d’une console de commande unique. La manipulation du stockage dans le cloud est surtout utilisée pour la sauvegarde, l’archivage et la récupération des données en masquant l’architecture de stockage réelle et physique complexe.

Cette technique de stockage est souvent utilisée dans les réseaux de stockage. Elle présente différents avantages : réduction des temps d’arrêt, vitesse, performance...

#5 Virtualisation du réseau

Il s’agit d’une reproduction logicielle complète d’un réseau physique. Elle consiste à combiner les ressources disponibles dans un réseau en divisant la bande passante disponible en différents canaux, chacun étant séparé et distingué. L’idée est que la technologie masque la véritable complexité du réseau en le séparant en parties faciles à gérer. Elle vous aide à mieux superviser et à identifier l’utilisation des données. Elle assure également la sécurité en limitant le mouvement des fichiers sur plusieurs réseaux.

#6 Virtualisation des serveurs

Selon VMWare, la plupart des serveurs utilisent moins de 15 % de leurs capacités, ce qui favorise leur prolifération et leur complexité. La virtualisation des serveurs résout ces problèmes d’efficacité en permettant d’exécuter plusieurs systèmes d’exploitation sur un même serveur physique.

Autre argument majeur, ce type de virtualisation permet de réaliser des économies substantielles sans entraîner de véritable changement dans le service informatique. Quelques hôtes d’hyperviseurs et une console de gestion remplacent des dizaines, voire des centaines de serveurs physiques !

Concrètement, cette technique simule en effet les serveurs physiques en changeant leur identité, leurs numéros, leurs processeurs et leurs systèmes d’exploitation. Cela évite à l’utilisateur de gérer en permanence des ressources serveur complexes.

La virtualisation est l’un des maillons de l’agilité des entreprises. Elle crée en effet un environnement hautement disponible qui permet de s’assurer que toutes vos applications sont accessibles à tout moment. Si l’un de vos serveurs tombe en panne, toutes les machines virtuelles peuvent être redémarrées automatiquement sur une autre machine, sans temps d’arrêt ni perte de données.

Quel que soit le type de virtualisation dont vous avez besoin, il est conseillé de faire appel à des fournisseurs de services qui proposent des outils simples pour gérer vos ressources et surveiller l’utilisation.

New Call-to-action

Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

protection-donnees-aws

3 mesures indispensables pour protéger ses données dans AWS

La moitié des entreprises qui utilisent le service de stockage cloud Amazon Web Services (AWS) S3 ont subi au...

virtual

Six types de virtualisation

Réduction des coûts, utilisation efficace des ressources, meilleure accessibilité, minimisation des risques......

Cloud-Panne

Cloud et Panne : Ne pas sous-estimer les risques

Même s’ils répondent à des critères précis et à des certifications, TIER notamment, les data centers ne sont pas...