Trois conseils pour réussir l’observabilité de son cloud et de ses applications

15 février 2021/Emilie Ravet

L'observabilité exige une mentalité et une approche centrées sur l'utilisateur. Alors que la surveillance traditionnelle (boîte noire) fournit des mesures qui indiquent si un système est opérationnel ou non, l'observabilité va plus loin en montrant si les performances sont réellement adaptées aux besoins de l'entreprise et des utilisateurs.

 

Un serveur est en ligne et disponible, mais les applications qu'il supporte ne fonctionnent pas. Le réseau est en place, mais les transactions d'un utilisateur ne sont pas enregistrées. 

Votre site est optimisé avec un navigateur web, mais pas les autres.

Autant de dysfonctionnements que les équipes informatiques doivent repérer le plus rapidement possible avant que les utilisateurs ne commencent à se plaindre ou ne quittent votre site/application pour un service plus performant. Ces grains de sable plus ou moins gros peuvent avoir un impact sur la fidélisation des clients, mais aussi la motivation de vos collaborateurs.

 

D’où la nécessité de s‘appuyer sur des outils d'observabilité sur les pipelines de données sans plus tarder. En plus des classiques journaux, métriques et alertes de chaque composant de votre infrastructure, voici nos trois principaux conseils :

Faire de l'observabilité un principe de développement

Les mentalités des « devs » doivent évoluer. L’ITOM (IT Operations Management) regroupe tous les processus et services que gère l’équipe IT. Mais qui mieux que les développeurs peuvent diagnostiquer des erreurs dans les applications qu’ils ont développées ! Dans bien des cas, cette contrainte conduit à l’exécution d’une instance d'un outil de surveillance open source sur le(s) serveur(s) d'application. Or, cette situation peut être évitée en faisant de l'observabilité une étape critique dans le pipeline des CI/CD, et non une réflexion après coup.

Procurez-vous des outils de surveillance conçus pour l'observabilité

Optimiser l'expérience des utilisateurs en s'assurant que chaque application est disponible, fonctionnelle, rapide et efficace sur tous les canaux est devenu un atout majeur.

 

Il est donc indispensable de s’appuyer sur des outils APM (Application Performance Management) ou, de plus en plus, sur des outils de surveillance open source tels que Prometheus pour mesurer les paramètres opérationnels tels que les erreurs côté application, client et serveur qui peuvent se produire pendant le fonctionnement normal d'une application. 

 

Le recours à des « digital expérience management tool » permet de répondre à des questions telles que : mon utilisateur peut-il accéder à l'application et y a-t-il des défaillances transactionnelles dans son expérience ?

Simplifier l'outillage

La prolifération d'outils redondants entre l’IT et le DevOps ne facile pas la mise en place d’une stratégie d'observabilité efficace. Il peut être judicieux de s’appuyer sur une solution de plate-forme capable de gérer et d’unifier toutes les données. Cela permet de gagner du temps tant pour les développeurs que pour les opérateurs.

 

L’observabilité est donc une méthode, et un état d’esprit, indispensable pour renforcer son agilité. Le recours à ces outils recueillant des données exploitables permet non seulement de savoir quand une erreur ou un incident se produit, mais, plus important encore, pourquoi.


Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

Comment adapter sa politique de sécurité dans un workspace hybride

La pandémie a obligé les entreprises à mettre en place des accès distants. La priorité a été principalement...

Stockage : quelle est la meilleure solution ?

Le stockage de fichiers, de blocs et d'objets sont les trois principaux types de stockage de données...

Le modèle de plateforme rend les équipes d'application plus efficaces

Les pratiques DevOps conduisent à une meilleure performance et de meilleurs résultats organisationnels. Mais les...