Pourquoi l’hybride et le multicloud sont vitaux ?

21 juillet 2020/Emilie Ravet

De plus en plus d’entreprises accélèrent leur migration vers le cloud. Mais comme pour tout projet, les besoins actuels et futurs doivent être mis en balance avec les avantages pour l'entreprise, l'atténuation des risques, le coût et la rapidité de déploiement. Résultat, le multicloud apparait comme la norme.

 

Un rapport du cabinet d’analystes Forrester sur la stratégie multicloud est très instructif. Il montre que les entreprises ont acquis une certaine maturité de cet écosystème : neuf organisations sur dix - interrogées dans le cadre de cette enquête - déclarent que l'infrastructure sur site est un élément essentiel de leurs stratégies de cloud hybride.

 

C’est la preuve que tout ne peut être déployé dans le cloud et qu’il est nécessaire de répartir ses applications et charges de travail afin de limiter sa dépendance.

 

Ce rapport confirme que les entreprises choisissent les bonnes stratégies d'infrastructure informatique en fonction des tâches qu'elles doivent accomplir et leurs besoins. Lorsqu'il s'agit de développer une stratégie de cloud hybride, les besoins peuvent varier considérablement d’une entreprise à une autre.

 

Mais Forrester note quelques considérations communes, notamment en ce qui concerne la charge de travail, les besoins de sécurité et le délai de rentabilité. Ainsi, les décideurs informatiques prévoient que plus de la moitié de leur workloads critiques et 47 % de ceux à forte intensité de données seront exécutés soit sur site, soit dans un cloud privé interne dans deux ans.

 

Le cloud doit être « envisagé » avec pragmatisme et diligence, et non pas en essayant de tout y mettre pour le plaisir. Comme pour tout projet, les besoins actuels et futurs doivent être mis en balance avec les avantages pour l'entreprise, l'atténuation des risques, le coût et la rapidité de déploiement.

 

En fonction de ses besoins spécifiques et des solutions en lice, il est possible de trouver la formule gagnante ou, en tous les cas, la mieux adaptée. Mais la situation commence à se complexifier pour certaines entreprises.

 

La sagesse veut que l’on commence sa migration avec des charges de travail faciles à être déplacées ou qui ne sont pas critiques pour l’activité. La situation se corse lorsqu’il s’agit d’attaquer la migration de workloads plus complexes ou sensibles.

 

Certaines applications nécessitent une réécriture, ne serait-ce que pour qu’elles supportent de distribuer leur charge de travail sur plusieurs instances.

 

Cette étape représente plus qu'un simple changement technologique. Elle conduira à de nouvelles méthodes de travail et d’organisation. Pas simple. Selon une enquête, 73 % des entreprises n'ont pas réussi à apporter une quelconque valeur commerciale à leurs efforts de transformation numérique !

 

Trop d’entreprises considèrent qu'une transformation numérique consiste simplement à passer d’un SI legacy à une infrastructure dans le cloud. La technologie et le budget ne sont plus des obstacles… À condition de disposer d’une vue globale de ses abonnements dans le cloud.

 

Outre les tarifs mensuels annoncés, il faut prendre en compte dans la budgétisation l’existence de coûts cachés, la nécessité d’avoir du support en plus, voire des formations ciblées.

 

Le défi auquel la plupart des entreprises sont confrontées aujourd'hui consiste à sélectionner la bonne solution ou le bon type de cloud en fonction de leurs spécificités et objectifs « business ».


Les environnements hybrides et multicloud sont devenus la norme, non pas par conception, mais par osmose. Le choix d’un cloud pour une application spécifique dépend de nombreux facteurs que chaque entreprise aura déterminés.

 

Cela signifie qu’il est pratiquement impossible d'utiliser une seule plateforme de cloud computing pour toutes ses applications. Il est important d’identifier les applications qui doivent rester sur site ou migrer vers un cloud privé ou public. C'est là que la valeur du cloud hybride devient apparente. Vous gagnez en flexibilité pour trouver le bon cloud pour la bonne application.

 

Outre la flexibilité, le multicloud permet de bénéficier de trois autres atouts majeurs :

  • Une amélioration de l'expérience client ;
  • Différents modèles d'architecture cloud à suivre
  • Une capacité à soutenir le changement.

 

Le cloud est également un formidable catalyseur pour moderniser non seulement les applications, mais aussi les styles d'intégration. Avec l'avènement d'une multitude de sources de données, notamment l'IoT et les capteurs, ainsi que le besoin de données structurées et non structurées, un éventail diversifié de modèles d'intégration continue d'émerger.

 

Il est donc nécessaire d'identifier les modèles d'intégration qui s'appliquent dans le contexte de votre entreprise.

 

Cependant, ces environnements multiclouds font émerger de nouveaux défis comprenant entre autres, la mise en place d’un niveau homogène de sécurité dans les différents Clouds, la protection des applications contre un large spectre de menaces et l’obtention d’une visibilité sur la santé des applications.

 

Et l’une des clés du succès est de monter des équipes transversales, qui vont traiter en même temps, et donc de manière cohérente, les aspects stratégiques, organisationnels et financiers.


Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

Comment sécuriser ses données dans Amazon web service ?

Lorsqu’on évoque le cloud public, on pense immédiatement à Amazon. Le géant américain est en effet le leader...

Les avantages et les inconvénients d'un cloud privé virtuel

Présentés comme une alternative plus abordable que les clouds privés et plus sécurisée que les clouds publics,...

Comment choisir son provider cloud ?

Les différentes offres de cloud arrivent à maturité. Revers de la médaille, comment retenir l’offre qui convient...