Pourquoi et Comment moderniser son IT ?

19 novembre 2018/Emilie Ravet

Intégrés dans un projet de transformation numérique, la modernisation de l’infrastructure et des processus informatiques permettent de réduire les coûts et de gagner en agilité. À condition de jouer « collectif » !

Dès qu’on aborde la modernisation de l’IT, on se heurte rapidement à différentes réactions... souvent négatives. Il y a, premièrement, la peur du changement ou du risque. Est-ce qu’on saura maîtriser les nouveaux outils ? Ne risque-t-on pas de crever le budget informatique (alors que la maintenance de l’infrastructure et du SI historique représente la principale source des dépenses...).

Et il y a l’éternel argument : « si ça marche bien, pourquoi le changer ? » Et si finalement, toutes ces questions ne pouvaient pas se résumer en une seule : par où commencer ? Si la modernisation de l’IT semble acquise sur le papier, le plus important reste de la mettre correctement en musique sans fausses notes.

C’est peut-être le principal obstacle qui empêche de franchir le pas. Commençons donc par souligner deux erreurs trop souvent commises.

Shadow IT

Premièrement, de nombreux DSI et responsables informatiques mènent leur projet de transformation d’un point de vue applicatif et métier. Ils adaptent ensuite l’infrastructure en fonction de la stratégie applicative. Résultat, les projets ne sont pas fédérés autour d’une vision globale.

Deuxième erreur : des décideurs ou des métiers utilisent des applications dans le cloud sans en avertir leur DSI. Ce shadow IT n’est plus un phénomène. C’est une réalité. Or, elle engendre de nombreux problèmes d’interopérabilité avec des infrastructures hétérogènes qui sont, par conséquent, beaucoup moins performantes. Sans oublier les risques liés à la protection des données et des accès...

Ces erreurs s’expliquent souvent par le fait que l’informatique est considérée comme une activité secondaire.

La première étape de la modernisation de l’IT consiste donc à convaincre tous les métiers et la direction en particulier qu’ils sont concernés au premier chef. Il est indispensable d’avoir une vision globale et homogène.

Il faut aussi jouer « collectif ». L’informatique est maintenant si étendue et évolue si rapidement qu’il est presque impossible pour une personne de posséder les connaissances nécessaires pour définir et entamer des projets d’adaptation de l’infrastructure. Il est donc fondamental de constituer une équipe capable d’aider la DSI à exécuter ce projet, mais aussi pour établir une vision de la transformation de l’entreprise et une feuille de route.

Une fois ces préambules, quels sont les principaux chantiers à lancer pour disposer d’une infrastructure IT plus performante, mais aussi moderniser ses applications legacy  (ou l’informatique historique) ?

La bonne fibre

Cela pourra paraître surprenant pour certains, mais optimiser ses connexions représente l’une des premières étapes. Si une entreprise est déployée sur plusieurs sites ou s’il s’appuie déjà sur une plate forme dans le cloud, une connexion fibre (FTTO pour « fiber to the office » ou le futur FTTE pour « fiber to the enterprise » permet d’accélérer les transferts et bénéficier d’un niveau plus élevé de disponibilité et de qualité.

Second point important, retenir le type de cloud le mieux approprié à son périmètre, ses exigences, voire ses obligations réglementaires. À bien des égards, le cloud hybride est considéré comme un tremplin pour externaliser une partie de son infrastructure informatique.

La flexibilité de ce modèle facilite en effet un transfert progressif. Il permet d’optimiser l’efficacité tout en ne budgétisant que les ressources nécessaires.

La modernisation de son IT passe également par une remise à plat des technologies de stockage. Le stockage en bloc (ou File Object) est généralisé, mais comme nous l’avons vu dans un précédent article, il n’est pas toujours adapté.

Dans un projet de renouvellement de l’IT, il convient d’étudier le stockage objet. Appelé aussi « object storage », il présente des atouts non négligeables : des requêtes plus faciles et rapides, une réduction des coûts (pas de frais supplémentaires pour les multiples copies d’objets) et enfin une flexibilité dans la gestion d’un réseau de ressources.

Gouvernance des données

Toujours à propos du stockage, l’entreprise doit mettre en place une gouvernance des données afin de prioriser celles qui doivent être très sécurisées et contrôlées et les autres qui doivent être partagées plus aisément entre collaborateurs. La modernisation de l’IT  ne veut pas dire TOUT déplacer vers le Cloud.

La modernisation de son IT est indispensable. Mais encore une fois, il ne faut pas se précipiter. Il est conseillé d'être accompagné pour déterminer les options les mieux adaptées à son activité et mettre en place une roadmap afin de ne pas déstabiliser l’informatique et les... habitudes.

New Call-to-action

Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

protection-donnees-aws

3 mesures indispensables pour protéger ses données dans AWS

La moitié des entreprises qui utilisent le service de stockage cloud Amazon Web Services (AWS) S3 ont subi au...

virtual

Six types de virtualisation

Réduction des coûts, utilisation efficace des ressources, meilleure accessibilité, minimisation des risques......

Cloud-Panne

Cloud et Panne : Ne pas sous-estimer les risques

Même s’ils répondent à des critères précis et à des certifications, TIER notamment, les data centers ne sont pas...