L'IaaS, c'est quoi ?

19 mars 2018/Emilie Ravet

Dans un contexte de forte concurrence, les entreprises doivent se focaliser sur leur savoir-faire. Disposer en interne d’une équipe chargée de construire, de déployer et de maintenir une infrastructure informatique n'est plus systématiquement la meilleure solution.

Une architecture IT doit être gérée comme un service afin de bénéficier d’innovations et de flexibilité. C’est la finalité de l’IaaS.

Ne manquez pas notre Webinar : 6 points clés à considérer avant de migrer vers le Cloud >> Inscription <<

C’est aujourd’hui une évidence : les données sont le carburant de toutes les entreprises. Les tuyaux par lesquels elles transitent présentent dès lors un intérêt moins important.

Être propriétaire de toute son infrastructure informatique ou louer de l’espace serveur fixe dans un datacenter ne correspond plus au monde actuel. Des serveurs ou des centres de calcul peuvent être utilisés comme un service, au même titre qu’un logiciel. C’est le principe de l'« Infrastructure-as-a-Service ».

Le principe de l'Infrastructure-as-a-Service

Il s’agit d’une offre standardisée et hautement automatisée. Les ressources informatiques, complétées par des capacités de stockage et de mise en réseau, sont détenues et hébergées par un fournisseur et proposées sous forme de forfaits (à l’heure, à la semaine ou au mois). Comme tout service accessible en ligne, les entreprises peuvent gérer leur infrastructure dans le cloud depuis une interface graphique.

En un mot, l’IaaS revient à travailler avec des ressources informatiques virtualisées : systèmes d’exploitation, espace de stockage, ressource de calcul (CPU) ou de la mémoire vive supplémentaire (RAM)...

Les différents types 

Ils sont très classiques et tout en étant capables de répondre aux attentes ou contraintes de chaque entreprise.

  • Le mode public : plusieurs clients se partagent des ressources.
  • Le mode privé : les technologies de virtualisation et les services sont réservés à une seule organisation (aucun mélange des données avec d’autres entreprises).
  • Le mode hybride : il associe une infrastructure physique et virtuelle dans le cloud public ou privé. Cette option offre plus de souplesse. Une entreprise peut administrer son propre serveur en local tout en profitant de l’évolutivité des technologies cloud (recourir temporairement à une puissance de calcul par exemple).

Les 2 principaux usages

  • Des projets agiles : Il permet de développer plus rapidement des applications et de multiplier les tests de façon automatique.
  • Le remplacement d’un datacenter : cette opération se fait progressivement en commençant par des environnements de développement ou des applications de production moins critiques.

Les avantages de l'Infrastructure-as-a-Service

Ils sont identiques au cloud. Les principales plates-formes de IaaS permettent en effet de disposer d’une plus grande évolutivité, d’un large choix d’options technologiques et d’un niveau de sécurité plus élevé que celui auquel pourrait prétendre une PME.

Une réduction des coûts (dont ceux liés à l’immobilisation du matériel) est également évoquée comme l’un des atouts de ce modèle. Mais comme toute migration dans le cloud, il est indispensable de s’appuyer sur un tableau de bord précis et actualisé en temps réel pour mesurer réellement le ROI.

N'hésitez pas à consulter : Comment le Cloud peut optimiser votre stratégie d'investissement ?

Enfin, ce modèle permet de profiter d’un PRA (Plan de Reprise d’Activité) ou d’un PCA (Plan de Continuité d’Activité) plus simple à mettre en place que s’il est géré en interne.

La réplication des ressources IT dans le cloud facilite un redémarrage de l’activité. Ce n’est pas toujours le cas lorsque les serveurs sont installés dans une entreprise victime d’un dégât des eaux...

IaaS et sécurité des données

La protection et la confidentialité des informations sensibles représentent toujours les principaux freins à l’adoption du cloud. Même si les fournisseurs offrent un niveau de sécurité et de disponibilité élevés, les entreprises doivent mettre en place des garde-fous :

  • Un contrôle des accès et des profils : comme tout accès à distance, Ce modèle exige une politique d’authentification (et en particulier de double authentification) des utilisateurs et de l’administrateur. Les connexions doivent se faire par l’intermédiaire d’un VPN. Ce canal privé évite notamment des interceptions ou des intrusions malveillantes.
  • Des dispositifs de sécurité : le fournisseur doit intégrer différentes protections (contre les attaques Ddos entre autres), un pare-feu managé, une sauvegarde complète quotidienne des VM sur une infrastructure dédiée...
  • La localisation des données : les entreprises doivent s’assurer de l’emplacement en France des ressources IT exploitées de ce modèle.

Le IaaS présente des intérêts certains. Mais il est indispensable de mener une réflexion en amont pour évaluer ses besoins réels et les bénéfices concrets.

Renforcer sa reprise d'activité grâce au Cloud

Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

protection-donnees-aws

3 mesures indispensables pour protéger ses données dans AWS

La moitié des entreprises qui utilisent le service de stockage cloud Amazon Web Services (AWS) S3 ont subi au...

virtual

Six types de virtualisation

Réduction des coûts, utilisation efficace des ressources, meilleure accessibilité, minimisation des risques......

Cloud-Panne

Cloud et Panne : Ne pas sous-estimer les risques

Même s’ils répondent à des critères précis et à des certifications, TIER notamment, les data centers ne sont pas...