Le « Capacity Management » et l’IT : maitriser ses ressources pour optimiser ses coûts

27 mars 2020/Emilie Ravet

Amazon Web Services, Google Cloud, Microsoft Azure, cloud privé… En quelques années, l’offre s’est considérablement étoffée. Les options pour développer, exécuter, stocker et gérer ses applications et ses données sont variées. Voire pléthoriques. La maitrise de toutes ces ressources devient complexe.

 

Le cloud, c’est fantastique. Mais son offre tellement large n’est-elle pas justement un obstacle ? Comment maitriser ses coûts et les ressources utilisées ? C’est un défi majeur pour la plupart des entreprises.

La plupart n'ont en effet pas les ressources ou les connaissances nécessaires pour identifier de manière exhaustive les ressources d'infrastructure nécessaires ou même prévoir leur coût.

Combien d’entreprises disposent d’un FinOps ? Résultat, beaucoup d'entreprises dépensent souvent trop pour leurs ressources d'infrastructure ou choisissent des ressources qui ne répondent pas adéquatement à leurs besoins.

Ce type de gaspillage et d'inefficacité est dû au manque d'informations réelles. Faute d'une compréhension complète et précise de l'utilisation continue des ressources, de l'évolution de la charge de travail, des tendances (voire des goulots d'étranglement ou des pics d’audience très forts et soudains), la productivité et les performances de l'entreprise sont impactées négativement.

D’où la nécessité de mettre en place une politique de « Capacity Management ». Elle peut être définie comme un processus utilisé pour s'assurer que l’IT est capable de fournir en permanence un niveau de service cohérent et acceptable à un coût connu et contrôlé.

 

Les principaux objectifs tiennent en quatre points :

  • Identifier les besoins en matière de capacité informatique afin de répondre aux charges de travail actuelles et futures. Il convient en effet de s’assurer que les bonnes ressources sont allouées à chaque application au bon moment ;
  • Fournir des orientations et des conseils sur toutes les questions liées aux capacités et aux performances ;
  • S'assurer que les performances des services atteignent les objectifs préalablement déterminés. Cela implique également d’ajuster les ressources IT de manière proactive pour faire face à la croissance et aux changements périodiques et cycliques de la demande (par exemple, l’épidémie de Covid-19 a engendré des pics d’audience de certains sites) ;
  • Mesurer et contrôler le niveau de service ;
  • Fournir une assistance pour le diagnostic et la résolution des incidents et des problèmes.

 

Une gestion efficace des capacités doit permettre à l’équipe IT ou à la DSI de répondre aux exigences dynamiques de son entreprise tout en contrôlant et en réduisant ses coûts.

 


Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

Pourquoi l’hybride et le multicloud sont vitaux ?

De plus en plus d’entreprises accélèrent leur migration vers le cloud. Mais comme pour tout projet, les besoins...

Trois raisons pour renforcer la sécurité des données dans le cloud

Près de 80 % des entreprises ont subi une fuite de données liée à leurs infrastructures cloud dans les...

Les bonnes pratiques pour une migration réussie

De nombreux DSI et responsables informatiques pensent qu’une migration vers le cloud revient à aller héberger...