Dépenses Multicloud : 3 conseils pour réduire les coûts

22 octobre 2019/Emilie Ravet

Les entreprises dépensent beaucoup d'argent dans le cloud. Mais ce poste est-il bien géré ? Différentes études constatent que les organisations s’appuient rarement sur une vision exhaustive des coûts réels du cloud. A fortiori, lorsqu’il s’agit de Multicloud… Quelques réflexes et conseils, parfois de bon sens, doivent être appliqués.

 

Tous les analystes IT sont optimismes à propos de l’évolution du marché du cloud. Le cabinet Gartner s'attend à ce que les dépenses mondiales (rien que pour l’IaaS) approcheront les 40 milliards de dollars cette année.

Mais ParkMyCloud a refroidi l’optimisme ambiant. En se basant sur cette estimation du Gartner, ce spécialiste de la gestion des coûts dans le cloud estime que les entreprises vont gaspiller près de 14 milliards de dollars en dépenses publiques inutiles !

Une étude menée en 2018 par Nutanix précise que 5 à 10 % des services cloud fournis sont inutilisés dans la plupart des entreprises, tandis que 10 à 20 % sont sous-utilisés.

L’étude de ParkMyCloud s’appuie sur deux facteurs qui peuvent « plomber » le ROI d’une migration vers le cloud. Premièrement, les ressources inactives. Deuxièmement, le surapprovisionnement ou l’attitude qui consiste à prendre un semi-remorque pour transporter un petit carton !

Et ce décalage entre coûts réels et dépenses risque de s’accentuer au fur et à mesure que les entreprises mettent en place une stratégie Multicloud. Une étude de 451 Research indique qu’une importante majorité (79 %) des organisations travaille avec plus d’un fournisseur de cloud.

Sur le papier, cette stratégie permet d’adapter chaque offre à chaque besoin. Elle permet aussi d’accompagner la montée en charge des solutions et d’augmenter la performance de son Système d’information. En un mot, le Multicloud permet de bénéficier du meilleur de chacun des environnements cloud, qu’il soit public ou privé.

Revers de la médaille, la multiplication des abonnements, le mix entre cloud public, privé et hybride et le recours de plus en plus fréquent aux applications en mode SaaS (« software as a service ») obligent les entreprises à faire en permanence des choix. Et le coût réel n’est pas toujours le critère principal.

L'optimisation des coûts devrait justement être l’une des priorités d'une stratégie Multicloud.

 

Voici trois pistes à étudier pour atteindre cet objectif.

1- Mettre en place une gouvernance

La démocratisation des outils innovants et la pression des fournisseurs de cloud incitent les métiers à ne pas avertir la DSI lorsqu’ils utilisent des ressources dans le cloud.

Gartner a examiné les budgets IaaS et PaaS dans des entreprises utilisant des plates-formes de cloud comme Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure dans son rapport détaillé intitulé « How To Manage Public Cloud Costs on AWS and Microsoft Azure ».

Selon ce cabinet, il est indispensable de commencer par la mise en œuvre d’un cadre fondamental. Cette politique doit établir les attentes en matière de dépenses puis observer les dépenses réelles dans les clouds. Cette première étape permettra de constater des anomalies avant qu'elles ne deviennent une mauvaise surprise.

Il s’agira ensuite d’éliminer rapidement les ressources qui gaspillent les dépenses dans le cloud et de tirer parti des offres de remise des fournisseurs.

Les entreprises peuvent s’appuyer sur des outils de gestion et de gouvernance des coûts de cloud pour :

  • Disposer d’une visibilité sur ces fameuses ressources sous-utilisées et inutilisées ;
  • Optimiser l'efficacité de leur utilisation quotidienne ou régulière.

2- Bien comprendre les principes fondamentaux

Si les ressources inutilisées et le surapprovisionnement sont deux des plus grandes sources de gaspillage du cloud, cela signifie que les entreprises ne prêtent pas suffisamment attention à leur environnement.

Or, de nombreuses entreprises ont l'habitude de surapprovisionner pour assurer la performance des applications. Mais cela signifie qu'elles paient généralement pour une utilisation de pointe 24h/24 et 7j/7. Est-ce vraiment nécessaire ?

Les erreurs de configuration peuvent entraîner un gaspillage massif et des dépenses inutiles.

D’où la nécessité de s’intéresser à l’automatisation de la gestion des ressources applicatives ou d’envisager de faire appel à une aide extérieure.

3- Examiner attentivement les ressources non utilisées

Il est important de surveiller et d'analyser chaque mois toutes les ressources et de déterminer la cause profonde des variations. En étudiant de près les instances non liées à la production, il y a de fortes chances que l’équipe IT découvrira des dépenses inutiles.  Car l'allocation des ressources ne se limite pas au CPU et à la mémoire. Il ne faut pas oublier le stockage, le réseau, le débit…

Les entreprises peuvent s’appuyer sur des plates-formes de gestion cloud indépendantes des fournisseurs SaaS, IaaS et PaaS. Leurs outils offrent une visibilité sur l'ensemble d’un environnement de cloud hybride afin de repérer exactement ce qui fonctionne et où.

Cette solution peut aussi identifier tout service ou ressource sous contrat et qui n'a pas été utilisé pendant une période que vous aurez définie. Cette option permet ainsi d’éliminer les services inutilisés (ou sous-utilisés) qui peuvent avoir été achetés à l'extérieur du service informatique, mais qui sont encore payés…

Renforcer sa reprise d'activité grâce au Cloud

Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

cdm

Cloud data management : pour une gestion optimisée de toutes ses données

Les environnements de cloud hybride offrent de nombreux avantages aux entreprises. Mais la migration vers le...

accountant-accounting-adviser-advisor-159804

Dépenses Multicloud : 3 conseils pour réduire les coûts

Les entreprises dépensent beaucoup d'argent dans le cloud. Mais ce poste est-il bien géré ? Différentes études...

blur-coffee-connection-2041383

API : entre opportunités et insécurité

De plus en plus d’entreprises s’appuient sur des API publiques, partenaires ou privées. Objectif : gagner en...