Cloud native et DevOps : de bonnes pratiques pour gagner en efficacité

12 mars 2020/Emilie Ravet

Malgré les inquiétudes concernant la sécurité et la confidentialité des données, le cloud présente des caractéristiques séduisantes. Pour les développeurs, les technologies « cloud native » représentent une opportunité permettant de gagner en rapidité et en efficacité.

 

Créer et livrer des applications en réponse aux besoins des clients est plus qu’un concept, c’est l’un des facteurs clés pour maintenir et développer ses parts de marché.

Dès lors, les technologies « cloud native » deviennent de facto le choix des équipes de développement. Cette approche consiste à construire et à déployer des applications qui exploitent pleinement les atouts du cloud, dont l’automatisation. À la clé, plus d’agilité, de résilience et de portabilité.

« La vision du logiciel en tant que construction monolithique est aujourd'hui désuète et considérée comme un anti-modèle pour la stabilité et la vitesse du développement », constate Veracode, une société spécialisée dans la sécurité applicative, dans l’un de ses rapports sur les technologies dites disruptives.

Environnements informatiques complexes

Il existe quatre concepts principaux qui servent de base et de référence au « cloud native » : les microservices, les conteneurs, l’approche CI/CD (traduit respectivement en français par « l’intégration continue » et « le déploiement continu ») et enfin le DevOps.

Une architecture d'application « cloud native » permet aux développeurs d'utiliser une plate-forme comme un moyen d'abstraire des dépendances d'infrastructure sous-jacentes. Les architectures modulaires, reposant sur des microservices chargés de processus uniques et communiquant au sein de containers, permettent de transformer une application monolithique par étape.

Par ailleurs, une plate-forme d'application « cloud native » automatise l'approvisionnement et la configuration d'infrastructure, allouant et réaffectant dynamiquement les ressources au moment du déploiement en fonction des besoins continus de l'application.

L’approche « cloud native » serait donc la solution miracle ? Hélas non. Aucune technologie ne peut prétendre à ce qualificatif. Les environnements informatiques des entreprises sont complexes. Il n’y a pas une solution unique capable de bâtir le socle technologique « cloud native » .

 

À l’image de la transformation numérique, l’intégration des technologies « cloud native » implique une transformation complète de l’organisation.

 


Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

Pourquoi l’hybride et le multicloud sont vitaux ?

De plus en plus d’entreprises accélèrent leur migration vers le cloud. Mais comme pour tout projet, les besoins...

Trois raisons pour renforcer la sécurité des données dans le cloud

Près de 80 % des entreprises ont subi une fuite de données liée à leurs infrastructures cloud dans les...

Les bonnes pratiques pour une migration réussie

De nombreux DSI et responsables informatiques pensent qu’une migration vers le cloud revient à aller héberger...