Cloud data management : pour une gestion optimisée de toutes ses données

30 octobre 2019/Emilie Ravet

Les environnements de cloud hybride offrent de nombreux avantages aux entreprises. Mais la migration vers le cloud, puis la gestion opérationnelle de différents environnements sont des étapes complexes et longues. D’où la nécessité de s’appuyer sur le Cloud data management pour définir les normes et les outils de gestion des données.

 

L'hybride et le Multicloud sont une réalité pour les professionnels. Selon un rapport d'IDC, 79 % des entreprises investissent actuellement dans un environnement hybride ou ont prévu d'investir au cours des douze prochains mois.

Malgré l’urgence « décrétée » par la direction qui souhaite s’appuyer sur des solutions innovantes, la DSI ou l’équipe informatique doit, au contraire, progresser lentement. La précipitation peut couter cher.

Au fur et à mesure qu'une entreprise prend de l'expansion, son environnement IT devient une combinaison de plusieurs clouds, de systèmes locaux plus ou moins historiques (legacy) et de volumes de données de plus en plus conséquents et hétérogènes.

Data hétérogènes

L’ajout  d'un cloud public (ou de clouds) à une architecture de données sur site peut nécessiter des mois de planification et de préparation. La machine doit être parfaitement huilée. L'intégration des données et la synchronisation en temps réel jouent un rôle crucial dans le business d’une entreprise.

Dans un contexte de forte concurrence, les entreprises doivent relever deux défis en parallèle. Premièrement, être capables d’analyser leurs données en temps réel. Deuxièmement, être capables d’intégrer des datas hétérogènes et les adapter au contexte métier.

Garder la trace de toutes vos données provenant de différentes sources et leur donner un sens commun n’est pas toujours (rarement d’ailleurs…) simple. Tout, depuis les emplacements logiques et physiques de vos données jusqu'aux métadonnées et autres éléments, doit faire l'objet d'un suivi.

L’explosion des volumes des datas (structurées, non structurées) requiert des infrastructures de plus en plus performantes en puissance de calcul qu’il devient difficile d’obtenir en interne. Le système d’information (SI) des organisations montre ses limites. D’où le recours de plus en plus fréquent au cloud.

Mais l’intégration de différents fournisseurs dans le cloud reste encore une gageure pour de nombreuses entreprises. Et cela reste un chantier étalé sur plusieurs mois. Or, un projet d’intégration ne doit plus dépasser quelques semaines, voire quelques heures. La plupart des bases de données cloud peuvent être provisionnées en 40 minutes ou moins, contre des semaines avec les anciennes méthodes On-Premise.

D’où la nécessité de s’appuyer sur une gestion des données dans le cloud (ou Cloud data management-CDM). Un CDM assure la consolidation de différents processus (sauvegarde, reprise après sinistre, archivage, analyse) et permet d’optimiser ses dépenses (en s’appuyant sur les couts réels).

 

Dans le détail, un CDM permet de :

 

  • Visualiser vos données dans une vue unique

Comme vos informations sont de plus en plus distribuées et hébergées sur un nombre croissant d'emplacements de stockage, vous avez besoin d'une vue synthétique.

Cette vision à 360° peut vous aider à gagner du temps et à être plus efficace en prenant des décisions adéquates.

 

  • Optimiser le stockage

L’important est de pouvoir aligner vos besoins de stockage afin que vous puissiez déplacer la production, les charges de travail secondaires et tertiaires vers le meilleur emplacement en fonction de vos besoins.

 

  • Appliquer des politiques cohérentes

Lorsque vous pouvez disposer d’une vue globale de vos données et workflows dans le cloud et sur site, vous pouvez également appliquer des politiques de gestion cohérentes dans votre environnement hybride.

Cela permet de s'assurer que les contrôles requis en matière de politique de sécurité et de gouvernance sont toujours en place, quel que soit l'endroit où les données sont conservées. Cela permet aussi de consolider les rapports pour une prise de décision plus éclairée.

 

  • Respecter les SLA

Lorsque vous utilisez une plate-forme unique pour gérer les données entre les fichiers, les applications, les bases de données, les hyperviseurs et les clouds, vous êtes en mesure d'atteindre des SLA pour la sauvegarde et la restauration, le contrôle des données, les charges de travail et l'infrastructure.

   

  • Automatiser l'archivage des données

Les données et les applications historiques (legacy) peuvent être difficiles à conserver et à gérer. À l'aide d'une plate-forme complète de gestion des données dans le cloud, vous pouvez automatiser leur archivage. Il est également possible de déplacer les données et ces applications vers le cloud pour les archiver ou les remplacer (pas toujours évident pour des applications métier) selon un échéancier prédéfini.

 

 

En produisant une vision stratégique et structurée de l’ensemble des données, le data management ambitionne de les transformer en capital stratégique. Avec l’intégration de clouds, il est aujourd’hui devenu indispensable pour exploiter la multitude d’informations créées par les entreprises et en tirer parti. Il doit permettre une transformation des données brutes en informations utiles et créatrices de valeur pour les métiers.


Emilie Ravet
À propos de Emilie Ravet : Emilie est responsable Marketing en charge de la publication des articles du blog.

À lire ensuite

cdm

Cloud data management : pour une gestion optimisée de toutes ses données

Les environnements de cloud hybride offrent de nombreux avantages aux entreprises. Mais la migration vers le...

accountant-accounting-adviser-advisor-159804

Dépenses Multicloud : 3 conseils pour réduire les coûts

Les entreprises dépensent beaucoup d'argent dans le cloud. Mais ce poste est-il bien géré ? Différentes études...

blur-coffee-connection-2041383

API : entre opportunités et insécurité

De plus en plus d’entreprises s’appuient sur des API publiques, partenaires ou privées. Objectif : gagner en...