3 méthodes pour migrer vers le Cloud

5 décembre 2017/Charlotte Petyt

Les trois principales solutions pour la migration dans le Cloud

Après avoir entamé une réflexion sur les avantages à migrer vers le Cloud, il convient de choisir l’option la mieux adaptée à ses exigences et capacités. Quelle que soit la solution retenue, aucune n’est en effet universelle. Mais toutes permettent de tirer profit d’une transition vers le Cloud.

Aujourd’hui, le marché du Cloud est arrivé à maturité avec des fournisseurs aux reins solides, en France et à l’étranger. Leurs catalogues de services sont très variés afin de satisfaire tous les besoins, et en particulier ceux concernant la migration de ses applications.

Mais chaque entreprise est unique avec ses contraintes, ses objectifs de développement et ses moyens. Toutes n’ont pas atteint le même stade de transformation numérique. Certaines sont très en avance et s’appuient majoritairement sur des applications récentes et innovantes (donc dans le Cloud). D’autres, au contraire, sont organisées autour de solutions « classiques », on-premise.

Il existe plusieurs méthodes permettant de réaliser une migration. Nous avons retenu les trois principales :

  • Le « lift & shift » : le copié-collé d’une application ;
  • Le « replatforming » : le déploiement et la réinstallation d’une application dans le Cloud ;
  • Le « refactoring » : la réécriture d’une application pour être compatible avec le Cloud.

Le « lift & shift »

Pour simplifier, il s’agit d’un « copié-collé » dans le Cloud des systèmes virtualisés et de bases de données. Reconnue pour sa simplicité et sa rapidité (tout dépend, là encore, du niveau de maturité de l’entreprise), elle est très souvent retenue lorsqu’il s’agit de procéder à d’importantes migrations d’applications existantes.

Dans ce cas, l’entreprise cherche à profiter rapidement des atouts du Cloud et à améliorer ainsi sa rentabilité. Cet objectif peut être atteint, en partie, en s’appuyant sur des solutions automatisant ce nouvel hébergement et en utilisant des conteneurs pour le transfert.

Mais cette solution n’est pas l’idéale, surtout si l’entreprise s’appuie sur de nombreuses applications traditionnelles, c’est-à-dire qui ne sont pas « Cloud native ». Leur optimisation a posteriori peut coûter très cher. Les ténors du Cloud comme Amazon affirment au contraire qu’une fois déplacées dans le Cloud, ces applications peuvent devenir plus performantes (disponibilité accrue, réduction des coûts).

Les avantages :

  • Méthode simple (pas de modification de l’application)
  • Migration et déploiement plus rapides
  • Pas de mise à jour des OS
  • Moins d’investissement initial (ROI atteint)

Les inconvénients :

  • Ne profite pas des fonctionnalités natives de la plate-forme Cloud
  • Reconfiguration des machines pas toujours simple
  • Obligation d’une compatibilité entre les composants migrés et la plate-forme

Le « replatforming »

Cette méthode consiste à redéployer et à réinstaller dans le Cloud des applications ainsi que leurs dépendances. Elle peut être nécessaire lorsque l’environnement d’une application n’est pas supporté dans le Cloud ou lorsqu’il s’agit de profiter, par exemple, d’une version plus récente de Windows Server.

Cette approche oblige à suivre différentes étapes : réécriture, développement, tests, validation… Mais elle permet de profiter du catalogue de services du fournisseur dans le Cloud.

Cette migration est plus « propre », mais plus complexe. Elle implique quelques optimisations au niveau de l’environnement pour permettre aux serveurs d’application et aux logiciels de fonctionner sur la nouvelle plate-forme.

Les changements interviennent au niveau de l’environnement (mises à jour des versions d’OS et de base de données, changements significatifs du DNS, modifications du fichier de configuration...), pas au niveau du code.

Les avantages :

  • Migration « propre »
  • Déploiement automatisé
  • Augmentation de l’éligibilité des applications (flexibilité du Cloud)

Les inconvénients :

  • Méthode plus complexe que le « lift-and-shift »
  • Opération longue et parfois coûteuse
  • Obligation de maîtriser tous les composants de l’infrastructure

Le refactoring

Cette option consiste à réécrire l’application pour un environnement Cloud afin qu’elle soit performante, évolutive ou moins onéreuse. Ces objectifs ne peuvent être atteints qu’en mobilisant des équipes de développement (compétentes dans le domaine du Cloud service) durant un temps plus ou moins long (phases de développement, de tests, de validation...).

Par ailleurs, cette solution complexe ne peut être transposée à toutes les applications.

L’avantage :

  • Optimisation des performances
  • Avantages du Cloud (en termes de coûts et d’évolutivité)

Les inconvénients :

  • Processus plus long
  • Méthode complexe
  • Option coûteuse

Il n’existe donc pas de réponse universelle. Tout dépend encore une fois de ses besoins et de ses objectifs : gagner en performance, évolutivité, globalité, passage à un modèle DevOps…

 

Renforcer sa reprise d'activité grâce au Cloud

Charlotte Petyt
À propos de Charlotte Petyt : Charlotte est ce qu’on appelle « une passionnée de Cloud ». Ce qui l’anime, c’est la compréhension des problématiques des entreprises autour de la transformation digitale et l’évolution du marché du Cloud. Depuis 5 ans, elle travaille sur l’évolution des produits Scalair et de son outil de supervision : le CS Manager.

À lire ensuite

Le Cloud Hybride : la solution idéale ?

Cette option est présentée comme le meilleur des deux mondes (Clouds privé et public). Elle permet en effet...

3 méthodes pour migrer vers le Cloud

Les trois principales solutions pour la migration dans le Cloud

cloudprivepublic-moinscher.jpg

Cloud public vs Cloud privé : quel est le moins cher ?

Focalisées sur la réduction des coûts, de nombreuses entreprises sont convaincues des avantages du Cloud public....